Comment utiliser l’oxymètre (taux normaux d’oxygénation)

Mis à jour le février 2022

L’oxymétrie est un test qui permet de mesurer la saturation en oxygène dans le sang (oxygénation), c’est-à-dire, le pourcentage d’oxygène qui est transporté dans la circulation sanguine. Ce test peut être réalisé à l’hôpital ou au domicile avec un oxymètre de pouls. C’est important de faire ce test quand il y a une suspicion de maladies respiratoires, de maladies cardiaques ou de maladies neurologiques.

En général, une saturation au-dessus de 95% signifie une bonne oxygénation du sang, et donc des échanges gazeux correctes au niveau du poumon. Par contre, une saturation basse peut indiquer un problème pulmonaire, et la nécessité d’un traitement avec oxygène à l’hôpital.

Il y a 2 façons de réaliser le test d’oxymétrie et mesurer la saturation en oxygène : 

1. L’oxymètre de pouls 

Imagem ilustrativa número 1

C’est la technique plus utilisée pour mesurer la saturation en oxygène, vu que c’est une technique non invasive qui permet de mesurer la quantité d’oxygène à partir d’un petit appareil, l’oxymètre de pouls. Il doit être placé en contacte avec la peau, normalement au bout du doigt. 

Le principal avantage de cette méthode est l’absence de prise de sang. En plus, cet appareil est aussi capable de mesurer la fréquence cardiaque et la fréquence respiratoire.

  • Mode de fonctionnement : l’oxymètre de pouls est constitué d’un senseur de lumière qui capte en quelques secondes, la quantité d’oxygène dans le sang qui est juste en dessous du capteur. Ces capteurs mesurent de façon immédiate et régulière, et idéalement, ils doivent être placé au niveau des doigts de la main, du pied ou sur le lobe l’oreille. 

 L’oxymètre de pouls est très utilisé par les médecins et autres professionnels de santé pendant le bilan clinique, surtout dans les cas de maladies qui provoquent gêne respiratoire, comme maladies pulmonaires, cardiaques et neurologiques. Il est aussi utilisé pendant l’anesthésie et il permet de monitorer l’état de santé en cas d’infection par covid. L’oxymètre peut être acheté en pharmacies ou dans les magasins de matériel médical.

2. Gaz du sang artériel

Imagem ilustrativa número 3

Contrairement à l’oxymètre de pouls, le gaz du sang artériel est une technique invasive, car la mesure de l’oxygène est réalisée à partir d’une prise de sang. Pour cette raison, cette technique est réalisée moins fréquemment. 

L’avantage du gaz du sang est que la mesure de saturation est plus précise, à part qu’il peut fournir d’autres taux importants, comme la quantité de gaz carbonique, le pH, entres autres. 

  • Mode de fonctionnement : Une prise de sang doit être effectuée, et ensuite l’échantillon est analysé au laboratoire. Les vaisseaux sanguins plus utilisés pour cette technique sont l’artère radial et l’artère fémoral.

Le gaz du sang est utilisé surtout dans le cas où est nécessaire une surveillance continue, s’observe principalement dans les grandes chirurgies, les maladies cardiaques graves, l’arythmie, le choc septique, des variations brutales de tension artérielle, l’insuffisance respiratoire, entre autres. 

Taux normaux d’oxygénation

La saturation normale chez le sujet sain est égale ou supérieure à 95%. Cependant, il est fréquent une saturation entre 93% et 95% dans le cas d’affections légères comme le rhume ou la grippe, sans que ça soit source d’inquiétude. 

Néanmoins, si la saturation atteint des valeurs inférieurs à 90%, cela peut indiquer un manque d’oxygène dans le corps dû à une maladie grave, qui empêche que les échanges gazeux entre les poumons et le sang se fasse correctement, comme c’est le cas de l’asthme, le pneumonie, l’emphysème, l’insuffisance cardiaque, quelques maladies neurologiques, ou même une complication de la covid-19.

Le gaz du sang permet en plus de la saturation, de mesurer la pression partielle d’oxygène (PO2), qui doit être comprise entre 80 et 100 mmHg.

Précautions à prendre pour obtenir un résultat précis

Il est essentiel que les appareils soient calibrés de manière régulière, pour éviter des résultats modifiés. En plus, pendant l’utilisation de l’oxymètre de pouls, il a quelques précautions à tenir en compte :

  • Eviter l’utilisation de vernis à ongle ou des faux ongles, car ils modifient le passage du senseur de lumière ;
  • Garder la main détendue et au niveau du cœur ;
  • Protéger l’appareil de l’exposition direct au soleil ;
  • Vérifier si l’appareil est installé correctement.

Avant de réaliser l’examen, le médecin peut demander un bilan d’autres maladies, comme l’anémie ou l’insuffisance circulatoire, car elles peuvent perturber la mesure de l’oxygénation du sang.

Est-ce que fumer peut modifier le résultat ?

Chez les fumeurs, le résultat de l’oxymètre de pouls peut être faux. Ceci se produit parce que l’appareil est incapable de distinguer entre les cellules riches en oxygène et les cellules riches en dioxyde de carbone. Étant donné, que les fumeurs ont tendance à avoir des taux de dioxyde de carbone plus élevés, il est possible que le résultat de l’oxymètre soit élevé, même si le taux d’oxygène est réduit. 

De ce fait, si un fumeur présente une saturation correcte malgré la présence de symptômes de gêne respiratoire comme la sensation de manque d’air, la fatigabilité, la pâleur ou les lèvres cyanosés, il est important d’aller à l’hôpital pour réaliser un gaz du sang, de façon à identifier les taux corrects d’oxygène et dioxyde de carbone.