Sueurs nocturnes : 10 causes principales (et que faire)

Les sueurs nocturnes sont généralement dues à l'anxiété, au stress, aux environnements chauds ou à la consommation d'aliments thermogéniques, mais elles peuvent également indiquer la ménopause, le diabète, l'hyperthyroïdie ou des infections.

Selon la cause des sueurs nocturnes, d'autres symptômes tels que la perte de poids, des frissons dans certaines parties du corps, de la fièvre, de l'irritabilité, un cycle menstruel irrégulier et de la diarrhée peuvent également être présents. 

En cas de sueurs nocturnes, surtout si elles s'accompagnent d'autres symptômes, il est important de consulter un médecin généraliste. Le traitement peut impliquer l'utilisation d'antidépresseurs, une substitution hormonale, un contrôle du diabète et parfois une intervention chirurgicale pour arrêter les sueurs.

Imagem ilustrativa número 1

Principales causes

Les principales causes des sueurs nocturnes sont les suivantes :

1. Anxiété ou stress

L'anxiété ou le stress est un état dans lequel une personne éprouve souvent une inquiétude et une peur intenses, excessives ou persistantes face à des situations quotidiennes, causées par l'activation du système nerveux qui libère l'hormone adrénaline dans la circulation sanguine. Lorsque cela se produit pendant la nuit, la personne peut se réveiller avec des sueurs nocturnes, associées à d'autres symptômes tels que l'accélération du rythme cardiaque et le sentiment que quelque chose de grave pourrait se produire. 

Que faire : Il est important d'identifier la cause de l'anxiété ou du stress et d'assurer un suivi avec un psychologue, qui peut également recommander une consultation avec un psychiatre pour évaluer la nécessité d'un traitement médicamenteux. En outre, il convient d'adopter des mesures visant à réduire l'anxiété ou le stress dans la vie quotidienne, comme la pratique d'une activité physique, la respiration lente lors d'une crise ou la consommation d'un thé calmant avant d'aller se coucher.

2. Ménopause ou syndrome prémenstruel

Les oscillations des hormones œstrogènes et progestérone qui se produisent chez les femmes pendant la ménopause ou les périodes prémenstruelles, par exemple, sont également capables d'augmenter la température corporelle et de provoquer des épisodes de bouffées de chaleur et de transpiration, qui peuvent être nocturnes, étant donné qu'il s'agit d'une altération bénigne qui tend à s'estomper avec le temps.

Les hommes ne sont pas exempts de ces symptômes, puisque environ 20 % des plus de 50 ans peuvent connaître l'andropause, également connue sous le nom de ménopause masculine, qui consiste en une baisse du taux de testostérone et qui s'accompagne de sueurs nocturnes, ainsi que de chaleur, d'irritabilité, d'insomnie et d'une baisse de la libido. Les personnes qui suivent un traitement pour une tumeur de la prostate et qui utilisent des médicaments réduisant le taux de testostérone peuvent également ressentir ces symptômes.

Que faire : si les sueurs nocturnes sont répétitives ou très intenses, les femmes doivent consulter leur gynécologue ou leur endocrinologue afin d'approfondir le symptôme et de rechercher un traitement, tel qu'une thérapie de substitution hormonale. 

Dans le cas des hommes, il convient de consulter un urologue qui orientera le traitement vers une substitution hormonale à base de testostérone. Toutefois, ce traitement n'est pas indiqué pour les hommes atteints d'un cancer de la prostate.

3. Le diabète

Il n'est pas rare que les personnes diabétiques traitées à l'insuline connaissent des épisodes d'hypoglycémie pendant la nuit ou tôt le matin. Dans ce cas, la personne peut ne présenter aucun autre symptôme que des sueurs nocturnes.

L'hypoglycémie provoque des sueurs parce qu'elle active les mécanismes de l'organisme pour compenser le manque de glucose, ce qui entraîne des sueurs, de la pâleur, des vertiges, des palpitations et des nausées.

Que faire : Certaines mesures peuvent être prises à la maison pour éviter les crises d'hypoglycémie pendant le sommeil, comme ne jamais sauter le dîner et éviter les boissons alcoolisées le soir. Une autre mesure importante consiste à vérifier sa glycémie avant de se coucher et, si elle est trop basse, à la corriger en prenant une collation saine. En outre, il est important de consulter son médecin pour évaluer la possibilité d'adapter la dose ou le type de médicament contre le diabète.

4. Apnée du sommeil

L'apnée du sommeil peut provoquer une baisse de l'oxygénation du sang pendant la nuit, entraînant une activation du système nerveux, ce qui peut provoquer des sueurs nocturnes, et la personne a un risque plus élevé de développer de l'hypertension artérielle, des arythmies cardiaques et des maladies cardiovasculaires.

Cette maladie est un trouble qui provoque un arrêt momentané de la respiration ou une respiration très superficielle pendant le sommeil, ce qui entraîne des ronflements et un repos peu reposant, qui provoque des symptômes de somnolence diurne, des difficultés de concentration, des maux de tête et de l'irritabilité, par exemple. 

Que faire : l'apnée du sommeil doit être traitée par un pneumologue, qui peut recommander un appareil appelé CPAP ou, dans certains cas, une intervention chirurgicale.

5. Environnements chauds

Lorsque la température du corps augmente, la transpiration apparaît comme un moyen pour le corps d'essayer de se refroidir et d'éviter la surchauffe. Dans les environnements très chauds ou pendant les saisons où les températures sont élevées, il est fréquent que la production de sueur augmente, ce qui peut se produire à n'importe quel moment de la journée, mais aussi provoquer une transpiration nocturne.

Que faire : aérer la pièce ou, si vous en avez un, utiliser un ventilateur ou un climatiseur, en le mettant en marche pendant quelques minutes avant de vous endormir.

6. Consommation d'aliments thermogéniques

La consommation d'aliments thermogéniques tels que le piment, le gingembre, l'alcool ou la caféine stimule le cerveau dans la région qui régule la température corporelle et accélère le métabolisme, provoquant une augmentation de la chaleur dans le corps, ce qui augmente la production de sueur et peut donc provoquer des sueurs nocturnes en cas de consommation à l'approche de l'heure du coucher. 

Que faire : éviter de consommer des aliments thermogéniques le soir et préférer les consommer le jour, afin de réduire la production de sueurs nocturnes.

7. Hyperthyroïdie

L'hyperthyroïdie est une maladie caractérisée par un dérèglement de la glande thyroïde qui produit des quantités excessives de l'hormone thyroxine, entraînant une augmentation du métabolisme dans l'organisme, ce qui accroît la production de sueur, qui peut être nocturne, ce qui est un symptôme courant de cette maladie.

Que faire : vous devez consulter un médecin pour qu'il effectue des analyses de sang afin de vérifier vos hormones thyroïdiennes. Si l'hyperthyroïdie est confirmée, il est important de commencer le traitement le plus approprié, qui se fait généralement à l'aide de médicaments ou d'une intervention chirurgicale.

8. Infections

Certaines infections, aiguës ou chroniques, peuvent provoquer des sueurs nocturnes. Parmi les plus courantes, citons :

  • La tuberculose ;
  • Le VIH ;
  • L'histoplasmose ;
  • La coccidioïdomycose ;
  • L'endocardite ; ;
  • Abcès pulmonaire.

En général, outre les sueurs nocturnes, ces infections peuvent également provoquer des symptômes tels que fièvre, perte de poids, faiblesse, gonflement des ganglions lymphatiques ou frissons, qui sont des contractions et des relâchements rapides et involontaires de certaines parties du corps. 

Que faire : il est très important de procéder à un examen médical dès que possible, et le traitement doit être orienté en fonction du type d'infection, et peut nécessiter l'utilisation d'antibiotiques, d'antifongiques ou d'antirétroviraux.

9. Utilisation de certains médicaments

Certains médicaments peuvent avoir pour effet secondaire des sueurs nocturnes, comme les antipyrétiques tels que le paracétamol, certains antihypertenseurs et certains antipsychotiques.

Que faire : l'utilisation du médicament ne doit pas être interrompue, mais il faut en discuter avec le médecin pour savoir si la dose peut être modifiée ou si un autre médicament peut être utilisé.

10. Cancer

Certains types de cancer, comme le lymphome ou la leucémie, peuvent présenter des sueurs nocturnes comme symptôme fréquent, en plus d'une perte de poids, d'une hypertrophie des ganglions lymphatiques dans tout le corps, de saignements et d'une baisse de l'immunité. La transpiration peut également survenir dans le cas de tumeurs neuroendocrines, telles que le phaeochromocytome ou les tumeurs carcinoïdes, qui stimulent la libération d'hormones activant la réponse neurologique, provoquant des crises de palpitations, de transpiration, de rougeur du visage et d'hypertension artérielle, par exemple.

Que faire : il convient de consulter un oncologue ou un endocrinologue, qui peut recommander des traitements tels que la chirurgie, la chimiothérapie ou la radiothérapie, par exemple, en fonction du type de tumeur et de la gravité de la maladie.

Quand s'inquiéter

Les sueurs nocturnes ne sont généralement pas une cause d'inquiétude, mais dans certains cas, elles peuvent être le signe d'une affection nécessitant un traitement :

  • Sueurs nocturnes fréquentes ou excessives ;
  • Arrêt de la respiration ou étouffement pendant le sommeil ;
  • Présence de fièvre ou de frissons ;
  • Présence d'une toux ;
  • Perte de poids inexpliquée.

En outre, chez les personnes atteintes d'un lymphome ou du VIH, les sueurs nocturnes peuvent être un signe de progression de la maladie, il est donc important de le signaler à votre médecin et de le suivre régulièrement.